Annie Le Brun
Rika Benveniste
Petros Markaris
Reshat Sahitaj
Margherita Guidacci
Anne Bourrel
Petros Markaris
Jeanne Bresciani
Myette Ronday
Michel Herlan

23 ans !

Accueil > Revues > Divaguer avec la revue Alsacienne de Littérature

Divaguer avec la revue Alsacienne de Littérature

Elsässische Literaturzeitschrift N°138

mercredi 7 décembre 2022 par Françoise Urban-Menninger

Pour imprimer


Quel plaisir de réceptionner dans sa boîte aux lettres, en ce début de décembre, ce numéro rouge framboise dont le thème semble inviter le lecteur à "divaguer" pour dépasser la morosité ambiante ! Et pourtant Alain Fabre-Catalan de nous rappeler que "(...) le sens de la divagation(...) n’est pas absent des dangers à vouloir s’écarter des chemins balisés et que ce vagabondage de la création n’est jamais loin de la chute, ce qui lui confère un prix inestimable".

Si Marie-Yvonne Munch laisse son esprit divaguer et "aller de ci et de là", Fabrice Farre nous invite à monter dans le train d’un poème aux images lumineuses "Tu me fais signe à un million/ d’années de là. Un collier blanc/ de wagons tourne dans mon ciel". On rencontre au fil des pages, ces vers éclairants de Max Alhau "Que l’on ferme les yeux/ le parcours est déjà achevé/ et l’oubli s’enracine/ pour le temps qui reste".
Mais à trop divaguer, on finit par appréhender "Les fleurs noires de la folie", estime Pierre Judide. D’autres voix en langue allemande, celles d’Emma Guntz, Karlheinz Kluge, Eva-Maria Berg soulèvent sous les mots, des remous intérieurs qui affleurent sur la page blanche. On retrouve également Sophie Weill qui jouent avec les vagues entre les lignes dans "Dits vagues", Marie-Jeanne Langrognet qui signe avec finesse "Divagation du fleuve rouge".
La revue en trois langues, français, allemand, alsacien, s’ouvre aussi aux "Voix multiples", on perçoit le cri bouleversant d’Anastasiia Afanas’eva qui vit toujours à Kharkiv en Ukraine, son poème est traduit par Claude Fisera : " C’est là chez moi/ C’est là chez moi/ il y avait un pont ,là,/ maintenant, il n’y en a plus".
On entend aussi celui "De la colère" de Jean-Claude Walter qui déclare :"Voilà pourquoi j’écris. Ecrire est un péché. Capital. Je crois même qu’il peut être mortel...Il l’est." On découvre le magnifique texte de Martine Blanché dédié à Romy Schneider ou encore les poèmes en prose empreints d’une étrange beauté de Pierre Zehnacker.
Outre les diverses chroniques et les notes de lecture rédigées par Maryse Staiber, directrice de la revue, Laurent Bayart, Alain Fabre-Catalan, Mathieu Jung ou Claude Luezior, on lit avec intérêt dans la rubrique "Patrimoine" deux études consacrées à l’oeuvre de l’écrivain René-Nicolas Ehni disparu l’été dernier. Charles Fichter revient sur les publications de l’auteur et évoque entre autres "Côme, confession générale" dont il dit que cet ouvrage "témoigne de ce que peut la littérature pour la mémoire collective". Quant à Jean-Paul Sorg, il ne déclare pas autre chose quand il évoque le désespoir de René-Nicolas Ehni perceptible dans son dernier livre "Algérie roman" (2002) où "il regarde l’insoutenable, l’épouvantable réalité en face" et de citer l’auteur "Il y avait moi, un ange, tombé de la béatitude de l’origine dans le chaos de l’extrême désespoir".
Ce très riche numéro de fin d’année, agrémenté de superbes photographies en noir et blanc prises par Marie-Agnès Kopp dont une image féerique de la cathédrale de Strasbourg, convie sans nul doute à la divagation poétique dans un premier temps, puis à plusieurs relectures ou à des "Séries de tentation" pour reprendre le titre des textes signés par Béatrice Machet qui nous rappelle en particulier cette "Tentation de l’encre" qui devient une injonction sous la plume de Pierre Zehnacker qui écrit "Descends en toi-même, recueille l’arc incandescent de la lumière, et ne renie pas la douleur sèche que la vérité de l’âme et du coeur a déposée dans la poussière".

Françoise Urban-Mennniger

http://www.larevue-ral.blogspot.fr

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL